Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Du changement pour le don d'organes

Du changement pour le don d'organes

Le saviez-vous ? Les modalités pour marquer son accord ou son refus pour le don d'organes ont récemment changé. La nouvelle procédure instaurée en juillet 2020 est passée inaperçue en raison de la crise sanitaire. C'est pourquoi le SPF Santé mène en ce moment la campagne "En un clic, tout peut changer".

Désormais, il n'est en effet plus obligatoire de vous rendre au service population de l'Administration communale pour marquer votre accord (ou refus). Cela peut se faire en ligne, via le site clicpourledondorganes.be. Une fois connecté, vous avez ensuite la possibilité de préciser le type de dons pour lequel vous marquez votre accord (organes - coeur, foie, pancréas, reins, etc. - ou matériel corporel - peau, os, cornée, etc.). Pour le don de matériel corporel, il est également possible de sélectionner votre préférence selon l'usage qui pourrait en être fait, à savoir la greffe, la fabrication pharmaceutique ou la recherche scientifique.

Sauver jusqu'à 8 vies

Pourquoi réaliser cette démarche alors que la loi prévoit que tout citoyen est présumé donneur potentiel de façon tacite, à moins qu'il n'ait expressément indiqué son refus? Enregistrer son accord ou refus facilite le travail du personnel médical et accélère la procédure. Après un décès, la banque de données pour le don d'organes et de matériel corporel humain est consultée. Si vous n'avez pas enregistré vos volontés, la question est posée à vos proches. Une démarche qui prend un certain temps et qui ajoute une charge à la famille, déjà émotionnellement très affectée.

Un "petit clic" rapide mais lourd de sens puisqu'un donneur peut sauver jusqu'à 8 vies et améliorer la qualité de vie d'une centaine de personnes.

À noter : l'enregistrement en ligne n'est pas la seule solution. Il reste possible de faire cette déclaration auprès de votre médecin généraliste ainsi que, comme avant, auprès de votre Administration communale.